Songe d'une nuit d'été à la Comédie Française



Je vous retrouve pour la revue culturelle de ce mois-ci, après avoir un peu honteusement fait passer mon voyage en Floride pour celle du moi dernier, je vais essayer de me rattraper un temps soit peu.
La Comédie Française est un endroit que j'apprécie beaucoup, le bâtiment se trouve au niveau du Palais Royal et l'intérieur y est sublime.

Un peu cours d'Histoire ?

A la base de la CF, on retrouve Molière, gérant trois troupe de théâtre réunies. A la mort de l'auteur, la troupe continue quand même de recevoir la bénédiction royale et son extension pousse le roi à mettre à leur disposition l'hôtel Guénégaud, encore intact aujourd'hui. En 1687, ils quittent le bâtiment car la proximité avec le Collège des Quatre Nations, construit par Le Vau s'il vous plait et aujourd'hui l'Institut de France. La raison ? La troupe importune les ecclésiaste du collège (et vous vous plainiez de vos voisins ?).
En 1789 après la révolution, on renomme la troupe Théâtre de la Nation, pour éviter de passer à l’échafaud. Il faudra attendre Napoléon pour que la troupe trouve un nouveau protecteur et se fasse assigné le bâtiment rue Richelieu que l'on connait maintenant.


Bien, maintenant que vous êtes un peu plus dans le bain, je vais introduire très rapidement la pièce Songe d'une Nuit d'été, qui reste et restera pour moi, ma pièce préférée de Shakespeare, si ce n'est ma pièce préférée.
En 1605 on lieu les première représentation de Songe d'une Nuit d'été. Si on arrive à suivre; l'histoire est simple.

Thésée, roi d'Athènes prépare ses noces avec Hippolyte, reine des amazones, mais ça, c'est une autre histoire. Hermia, fille d'Egée, est follement éprise de Lysandre mais malheureusement promise à Démtrius. Helena, amie d'Hrmia aime quant à elle Démétrius, vous me suivez toujours ? En parallèle Titiana la reine des fées et son mari Obéron sont en froid, vielles histoire de conquêtes. C'est pourquoi Obéron cherche à ridiculiser Titiana à tous prix, jusqu'à enlever l'enfant qu'elle a recueilli et la faire tomber amoureuse du premier être qu'elle verra. Vous pensiez que s'en était fini ? Non. Une troupe de théâtre est en train de répéter la pièce jouée aux noces. Tout se petit monde se retrouve dans la forêt, tantôt de leur côté, tantôt en s'entrecroisant. 
Puck, le lutin, a pour mission déposer le suc d'une fleur, filtre magique sur les yeux de Titiana endormie afin qu'elle tombe d'amour pour le premier être qu'elle verra à son réveil. Obéron qui surprend une conversation entre Helena et Démétrius et outré de l'attitude de ce dernier, ordone également à Puck de verser un peu de suc sur l'homme qu'il devra reconnaître à son costume d'athénien. Evidemment, rien n'est facile avec Shakespeare, le lutin se trompe une première fois d'homme, Lysandre est donc épris d'Héléna qui croit à une mauvaise blague. Son sentiment de moquerie sera renforcer lorsque que Dmétrius, également sous le contrôle du charme lui déclarera à son tour sa flamme.
Titiana se réveille quant à elle devant un des comédiens que Puck à doté d'une tête d'âne et en tombe amoureuse.

Profonde confusion, le quiproquo règne.




C'est Muriel Mayette-Holtz, administratrice générale de la Comédie Française qui met en scène la pièce. Les décors épurés, presque simplistes, nous amènent à concentrer notre attention sur les personnage et donne à la scène un côté neutre mais également totalement en accord avec l'histoire. Des tubes de voiles figurent les arbre de la forêts et le devant de l'estrade représente Athènes où Thésée prend place avec nous afin de suivre lui aussi l'histoire, comme si les comédiens en répétition dans les bois étaient représenté par l'ensemble des acteurs.




Les costumes quant à eux, contraste avec l'environnement. Ils sont tous travaillés mais plus où moins chargé selon le type et le statut social du personnage. Ainsi les personnes couronnées ont plusieurs couches de vêtements avec plus d'accessoires. Les fées portent des costumes avec queues, pattes et froufrou, un peu animal, on voit qu'elles sortent de a forêt.
Le quatuor amoureux porte des vêtement très simple en contraste. Les acteurs sont en sous vêtements d'époque. Le message de a mise à nu du personnage est très clair.

On évolue donc avec fantaisie avec des personnages qui nous ressemblent et connaissent les même situations que nous, à détail près que la tête de notre voisin se transforme rarement en celle d'un âne. 
La mise en scène est très réussie et fait très bien ressortir l'humour subtile de Shakespeare.

Je ne vous en dit pas plus afin que vous alliez découvrir ou redécouvrir la pièce de vous même, n'oubliez pas de me dire ce que vous en pensez ou simplement si elle vous donne envie. 
Je vous embrasse et vous souhaite une bonne journée à tous et toute,
Ciao ciao,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire