11 mai 2015

British week #1 Connasse, princesse des cœurs ou comment je me réconcilie avec l'humour français



J'inaugure cette semaine à thème avec une article un peu spécial, bref, je lance la british week !

Que ce soit bien clair, j'aime rire. Avec mes amis, devant une situation comique ou en appréciant un bon bouquin. Bref, je ne suis pas coincée à ce niveau là mais il est vrai que j'ai du mal avec l'humour peu subtil. Il y a très peu de comiques que j'apprécie et ce que je déteste encore plus c'est l'humour américain, où l'on vous force la main avec de faux rires.
Non mes amis ne me trouvent pas rabat-joie non plus car il y a un humour que j'adore; l'humour anglais. Les situations loufoques, le grotesque assumé, sans en faire trop et ce côté sarcastique, je trouve ça plus authentique.




 Bref, nous étions jeudi, et ma tendre maman a voulu aller au cinéma, comme ça, sans prévenir. Pas de soucis, je suis une fille spontanée. Plusieurs films me branchaient, dont Connasse ou Les jardins du Roi. J'ai vu très clairement sur le visage de ma mère le ras le bol quant à m'accompagner voir un autre film historique. En avant le Pathé Dock 76 de Rouen, séance de 20h40, voici mon avis sur Connasse, princesse des cœurs.

Le film, sorti le 29 avril dernier est né d'une collaboration entre Eloïse Lang et Noémie Saglio. Il met en scène Camille Cottin, ou devrais-je dire, Camilla, comtesse de Paris intra-muros. Après de courts épisodes sur Canal +, notre connasse s'expatrie en Angleterre et ceux dans un seul but, séduire le prince Harry et devenir princesse.
Pour ceux qui ne la connaissent pas déjà, Camille Cottin incarne depuis 2013, une indécente parisienne, prête à imposer son avis, aussi gênant soit-il.




Depuis toute petite, Camilla ne peut se résoudre à une vie normal et rêve de grandeur. En ayant assez de travailler, elle décide de chercher un époux digne d'elle afin. Et pour cela, quoi de mieux que le prince Harry. Elle part donc à l'assaut de l'Angleterre et essaie par tout les moyens possible de rencontrer son futur amant.




Il faut savoir que le film est entièrement réalisé en caméra cachée, tous les acteurs sont des personnes réelles ayant malgré elles participé au tournage.

L'humour est très naturel car nous sommes face aux réactions en direct de personnes qui ne savent rien de cette caméra cachée. Le tout est donc très léger, doublé d'une franchise qui fait du bien. Il s'agit de gens comme on n'en croisent dans la rue, sur lesquels on ne se retourne pas. Et pourtant. Bien souvent révoltés, voir amusés, ces passants du quotidien son l'espace d'un instant des acteurs confirmés.



 Pas de choses lourdes, répétitives, même si notre connasse est parfois insistante, grossière ou complètement malpolie, nous nous retrouvons face à des situations où nous sommes obligés de rire. Il y a juste à ce laisser porter. Tout le monde se retrouve dans ces situation loufoques.
On parle d'épilation et de repousse, d'enterrement de vie de jeune fille, d'enfants trop gâtés, d'hommes qui prêchent, du mauvais gout anglais ou encore de la circulation parisienne. Que vous soyez homme ou femme, entre 10 et 99 ans, le film s'adresse à vous.

Parmi les scènes que 'on voit défiler sous nos yeux enjoués, des répliques mythiques, des crises de rire, des aberrations et au final on en revient toujours au même "Mais quel culot !".
Parce que oui, chacun se demande comment elle fait pour ne ps se faire taper dessus, malgré ses deux nuit au poste et on salue tous cet énorme culot. 



Moi qui adore la capitale britannique, j'ai été contente de la voir sous un autre angle, pas de lieux trop touristiques, l'ambiance est british à souhait, match de polo, hôtel londonien, salon de thé chic et autre Topshop. Nous avons tout de même le droit à un passage à Buckingham, bien que peu conventionnel. 

Bref vous l'aurez compris, si vous souhaitez passer un bon moment, achetez juste un billet de ciné. 
Un film à aller voir entre connasses ! 



Bises,



1 commentaire: