On essaie la toilette du XVIIIème...




Hey hey,

On se retrouve pour un article un peu spécial, à la fois de présentation et de test. Je voulais vous en parler depuis un petit moment et j'ai fini par sauter le pas. Il regroupe mes deux grandes passions : l'histoire/reconstitution ainsi que la beauté. Tout ça semble un peu flou, je vais donc vous introduire l'idée. 
La boutique LBCC Historical propose des dizaines de restitutions de cosmétiques et accessoires des temps anciens. De la fin du moyen âge au années 20, vous trouverez ici de quoi peaufiner votre maquillage. Entre bergère et autre chapeaux, éventails, rouge pour les lèvres, pommade et remède, impossible de ne pas trouver son bonheur. 

La boutique est ouverte sur Etsy juste ici. Vous pouvez y aller les yeux fermés, la vendeuse, Alicia est très gentille et patiente, elle a répondu à toutes mes questions et m'a renseigné sur mes lacunes. Les frais de port sont un peu élevés mais le colis arrive en 4 à 5 jours en provenance des Etat-Unis, impressionnant. 
Je ne vous fais pas attendre plus longtemps et commence ma petite intro sur la toilette du XVIIIème siècle.





La toilette du XVIIIème siècle

Le XVIIIème siècle, soit les années 1700, c'est un peu l'explosion de la beauté. Bien que les femmes soient sensibles depuis la nuit des temps à leur apparence, c'est le siècle où l'on voit apparaître les bases du maquillages moderne et de nos soins pour la peau. 

A partir de 1682, Louis XIV (le roi Soleil), Versailles devient le centre du pouvoir et la royauté est absolue. Les courtisans et nobles de France se concentrent autour du roi et les femmes n'ont plus qu'un seul but : rivaliser de beauté afin  de se faire remarquer. 
Leur présence à la cour ne tient alors qu'à un fil et au bon vouloir de la famille royale. Si vous avez vu le film de Sophia Coppola, Marie-Antoinette, vous aurez sans doute remarqué que la seconde partie du siècle est le temps de la démesure : les perruques excentriques, les robes colorées et le maquillage de poupée. 



Marie-Antoinette archiduchesse de Vienne, Meytens

Jeune femme à la toilette, école française du XVIIIe


Gabrielle de Polignac, Élisabeth Vigée Le Brun


Hélas la réalité est un peu moins glamour. On cache sa peau à cause des maladies et par manque d'hygiène (l'eau apporte la maladie, on se lave le moins possible). 
On connait surtout le fard blanc, le dit fard de céruse à base de plomb et d'arsenic. Je vous laisse deviner les dégâts sur la peau, en plus de la destruction des cellules, certaines femmes vont même en mourir. C'est Marie-Antoinette qui préférera les produits naturels qui va mettre un terme à l'utilisation de produits nocifs, une blogueuse éthique avant l'heure !

Bien avant son intervention, certaines figures vont déjà vanter les mérites des cosmétiques plus naturels même si on continue à utiliser des nocifs. Jean Louis Fargeon, parfumeur de la Du Barry, maîtresse de Louis XV, et de Marie-Antoinette fabrique des fards moins dangereux. On retrouve également lotions et toniques qui sont appelés "Eaux". Les plus connus, l'eau d'Anges de l'eau de Pigeon font alors fureur. La première à la composition simple (musc, cannelle et citron) donne quand même un peu plus envie que la seconde issue de la décoction de deux pigeons, charmant. 

"Prenez deux pigeons vidés et coupés en morceaux, une livre de pain blanc, quatre onces de noyaux de pêches, des quatre semences froides mondées, de chacune quatre once, douze blanc d’œufs, le jus de quatre limon (citron). Mettez ces matières à macérer pendant douze heures dans quatre livres de lait de chèvre frais tiré, après cela en faire la distillation au bain marie et ajouter dans l'eau distillée, trois onces de camphre, trois onces de borax,trois onces de sucre de candi, trois once d'alun brûlé. Ensuite il faut les exposer au soleil pendant trois jours, les mettre après dans la cave pendant quinze jours, après lequel temps vous filtrerez l'eau. " 

Ça fait envie hein ? Et je vais vous épargner le recette de la pommade de limaçons... 
Vous l'aurez compris, si les cosmétiques sont bien présents, on reste également dans les croyances populaires. 
Il reste beaucoup de témoignages et recettes du XVIIIème. Parmi lesquelles le traité de Fargeon; L’Art du parfumeur, ou Traité complet de la préparation des parfums, cosmétiques, pommades, pastilles, odeurs, huiles antiques, essences, bains aromatiques et des gants de senteur, etc. Contenant plusieurs secrets nouveaux pour embellir et conserver le teint des dames, effacer les taches et les rides du visage et teindre les cheveux. On aimait bien les titres à rallonge. Ce que je vais vous présenter aujourd'hui n'est pas issu de ce livre mais de La Toilette de Flore datant de 1773. Mon chéri m'a offert il y a peu un original du livre car il n'y a pas de réédition (joie, ô joie). Vous pouvez tout de même consulter le Google Book juste ici


Se préparer avec LBCC Historical 

Je vais vous présenter les différents éléments de la toilette d'une femme plutôt aisée sans être riche pour autant. Ce sont les éléments de bases, vous m'excuserez de ne pas posséder de contenant plus fastueux, les magasins de rangement XVIIIème ne courent pas les rues de nos jours. 





1- Baume rouge pour les lèvres.
2- Poudre rose pour les cheveux et le visage.
3- Pommade pour cheveux;
4- Poudre blanche pour le visage et le décolleté.
5- Distributeur homogène de poudre 

Et de plus près ? 





Le rouge ne vient pas de la boutique, c'est pourquoi je ne vous le présenterai pas en détail mais il est quand même disponible sur le e-shop. Je commence à faire mes propres petites tambouilles à l'aide de La Toilette de Flore... Il est obtenu à l'aide de racine d'orcanette, de bois de Brésil et d'alun, de santal rouge ou encore de vin.
Il s'applique sur les lèvres avec un pinceau. 
La présence de graisse animale pourra rebuter certaines d'entre vous mais à l'époque, l'utilisation de matière animale est fréquente dans les cosmétiques. On y trouve de la moelle de veau, graisse d'oie, de chevreuil ou encore de cerf, cire d'abeilles, décoctions animales, etc. 
Je vous rassure, il existe tout de même plusieurs recettes que l'on pourrait qualifier maintenant de "vegan". 







La poudre rose quant à elle sert essentiellement pour les cheveux mais peut également 
s'appliquer sur les joues. Il existe deux labels différents, un moderne où la boîte est ornée d'une peinture et un historique, où l'ornement est ici une restitution de label historique remis à la sauce de la marque. 
Il était très à la mode à l'époque de rehausser ses joues avec du rose ou du rouge. De plus, le poudre de cheveux sont les premiers shampoing secs, elles nettoient les cheveux de l'usure et la pommade liées aux nombreuses coiffures complexes. 

J'ai testé sur quelques mèche, après l'application de la pommade, et mon roux prend de jolis reflets roses, c'est vraiment joli. Le corps des poudres du XVIIIème sont essentiellement de l'amidon blanc, du bois moulu ou de la farine d'os. On calcine les os jusqu'à la blancheur. Ce sont généralement ceux de bœuf, de mouton ou plus étrangement, de sèche. Ici, il s'agit d'amidon. La couleur rose est obtenue grâce à la rose et ses pétales. 







La pommade à la fleur d'oranger se trouve ici dans un contenant également disponible ici. Cette pommade, c'est un peu l'ancêtre du gel. Elle aide à coiffer les cheveux et à faire tenir en place les coiffures. Les pommades sont généralement parfumées, il existe plusieurs senteurs, selon la mode et la goût de la cliente. Elle peut aussi s'utiliser sur le visage et les lèvres. Je n'ai pas eu l'occasion pour le moment de tester le produit, j'attends ma prochaine sortie en robe de bal.

Généralement composée de spermaceti (graisse de baleine) à l'époque, cette reproduction est à base d'huile de Jojoba, très proche chimiquement du spermaceti. La recette est donc simple : huile de jojoba, huile d'amande douce, cire d'abeille, eau florale. On emporte souvent ces pommades lors des voyage. Petites et passe partout, elles sont fort utiles pour l'hydratation. 







La poudre blanche pour le visage et les cheveux est de loin le produit que tout le monde connait. Il se combine généralement au blanc de céruse. C'est l'élément le plus représenté sur les peintures, car le plus voyant. La mode est à la peau très blanche et on se farde beaucoup. Les poudres sont le plus souvent parfumées, ici à la lavande (parce que vous le savez, j'aiiiiiiiiime la lavande). Le parfum est à l'époque un signe de richesse. Les moins fortunés pouvaient s'offrir de la poudre mais les plus riches choisissaient de la parfumer. 

La poudre, sur le visage sert également de matifiant et évite à la base blanche en dessous de "produire d'ingrats reflets". On dissimule l'état de la peau, certaines bien entretenues, certaines abîmées par un surplus de maquillage et de mauvais remèdes. 

Ces poudres sont appliquées à l'aide de pinceaux en bois et poils de chèvre, à l'aide de houppettes ou bien de distributeurs. Le procédé est simple, à l'aide d'un embout dévissable, on charge le contenant de poudre, ensuite ou saupoudre sur les cheveux de manière uniforme.










Je vous parlais tout à l'heure de soin avant maquillage. Et bien j'ai eu le plaisir d'en incorporer un à ma routine. L'eau de sureau sent incroyablement bon, l'odeur est très prononcée mais ne reste pas sur la peau. C'est un nettoyant à utiliser le matin. J'étais sceptique au premier abord car la liste des ingrédients est vite faite : eau, eau de sureau, eau de clou de girofle. J'ai très vite adopté le produit car son efficacité est franchement étonnante. 

Ce remède est très populaire au XVIIIème et la recette date de 1778, c'est à dire quelques années après la toilette de Flore. Elle a de nombreux bienfaits : adoucit la peau, anti-inflammatoire, traite l'acné, garde le teint pâle et frais, anti-oxydant, possède des propriétés restauratrices, chasse les bactéries donnant naissance à certains boutons type acné. 
Très prisé des peaux jeunes, la lotion est également la compagne des peaux plus matures car elle redonne élasticité et souplesse. 








Autant dire que j'ai été ravie de pouvoir tester tous ces produits et de replonger un instant dans les fastes de la cour française de Louis XVI. J'ai beaucoup aimé la marque et la fidélité qu'elle porte à restituer les cosmétiques d'un autre temps. Je pense m’intéresser à d'autres gammes par la suite même si me retenir de commander dans les jours à venir va être assez difficile étant donné mon engouement. J''espère que vous aurez apprécié ce poste, que vous en aurez appris un peu plus. 


Aller, je vous laisse, ciao ciao


21 commentaires:

  1. Waouh ton article est génial je file de ce pas sur leur site. Je suis servie moi qui adore le maquillage et l'histoire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey
      Merci de ton petit mot gentil, je ne savais pas trop a quoi m'attendre, si l'article aller plaire ou si il passerait inaperçu. Dans le pire des cas ce n'était rien, j'ai pris beaucoup de plaisir. Si ce genre d'article intéresse, n'hésite pas à me dire si un prochain sur les recettes d'eau du XVIIIe pourrait te plaire car j'hésite encore...

      Supprimer
  2. Coucou ! Super intéressant ton article et super découverte pour la boutique. Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello
      De rien, j'espère pouvoir intéresser un public plus large à l'histoire :-)

      Supprimer
  3. Qu'est ce que c'est original !!! J'adore l'idée de retrouver des rituels de beauté anciens !!! Et les packagings sont vraiment très beaux Bise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis un peu ce qu'on appelle une orginale haha, c'était forcément le genre d'article qui colle a ma personnalité.
      J'adore aussi cette idée, on est si bien documenté que c'est très facile a restituer.

      Supprimer
  4. Hello !

    Je viens de découvrir ton blog par une blogueuse d'Hello Coton ; ton article est tout bonnement génial et tombe à pic -- j'ai récemment fait ma première reconstitution (été 1780) et le maquillage n'était pas vraiment d'époque, je m'interrogeais sur cette boutique. Merci beaucoup pour ton expertise ^^

    Excellente journée à toi !

    RépondreSupprimer
  5. Hey
    C'est gentil, tu es de quel coin ? Il y le bal des favorites en novembre à Paris si ça t'intéresse... Si tu as des questions surtout n'hésite pas :)
    Bises
    Ara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ^^

      Merci pour l'info du bal, je ne savais pas du tout ! C'est quelle époque ? (je vais tenter de me documenter =D) Je suis d'ailleurs en région parisienne ^^ !

      Pour revenir à la toilette, je vais me laisser tenter par l'eau de Sureau, ayant une peau atopique et un poil acnéique, espérons que ça fasse la différence ^^

      Excellente journée à toi !

      Supprimer
    2. C'est du XVII-XVIIIème. Il y a aussi le dîner du Cardinal à Saverne mais c'est un peu plus loin (covoiturage mon ami hahaha). Moi qui ait de petite imperfections, elle marche à merveille en tous cas !
      Bises
      Ara

      Supprimer
  6. Oh j'adore le concept du eshop ! :D J'adore la mode et la beauté du XVIIIème notamment le teint "poupée" ^^ Haha les "Eaux" j'en avais lu quelques recettes c'est vraiment hardcore xD Mais l'eau de sureau m'intrigue !

    Super découverte :) Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello
      Effectivement certaines recettes étonnent un peu, enfin bon la beauté à tout prix, je pense qu'elles s'en fichaient un peu haha. Je pense même que la plus part ignoraient les ingrédients exactes.
      Bises
      Ara

      Supprimer
  7. Hello !
    Merci pour ton passage sur le blog :).
    Je trouve ton article très intéressant... Il se pourrait qu'à l'occasion je passe une commande *o* !
    Bravo aussi pour l'introduction historique et tes photos qui donnent encore plus envie :D !

    Biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello,
      Merci aussi d'être passé, c'est toujours agréable de voir que les commentaires laissés sont lus :)
      Bise
      Ara

      Supprimer
  8. Très chouette article, ces produits sont vraiment originaux ^^
    Perso je suis assez fane de l'histoire des grandes marques, et des produits qu'elles utilisaient à leur commencement (je suis plus du côté XIXe siècle de la force du coup ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le début des grosses marques est intéressant. Je possède un vieux poudrier Bourgeois du debut du siècle dernier que je garde précieusement.
      Bises
      Ara

      Supprimer
  9. J'aime tellement ton blog, il est si beau :D je vais l'ajouter à ma futur blogroll !

    RépondreSupprimer
  10. merci pour cet article intéressant qui conforte mes choix de maquillage naturel parfaitement adapté à ma peau très claire puisque je suis rousse de naissance
    merci pour le lien du site que je viens de consulter et qui a déjà mon option de commande,
    bonne continuation
    Roxie

    RépondreSupprimer
  11. Ohlala mais j'ai envie de tout acheter ! Sa donne envie d'avoir une grande salle de bain lumineuse avec tous ces beaux produits bien exposés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui tout est magnifique, ça donne envie d'avoir une graaaaaade salle de bain^^

      Supprimer